Numérique

Laboratoire Sols et Environnement

LSE
Unité mixte de recherche INRA (UMR_A)
1120
Identification
Tutelle(s) hors UL: 
INRA
Pôle scientifique de rattachement : 
Structure fédérative de rattachement : 
Observatoire Terre Environnement en Lorraine (OTELo)
École(s) doctorale(s) de rattachement : 
Sciences et Ingénierie des Ressources, Procédés, Produits, Environnement (RP2E)
Direction
Directeur/trice : 
Christophe SCHWARTZ
Coordonnées
Descriptif

Les recherches du LSE se placent dans un contexte d’anthropisation croissante des sols, conséquence de l’expansion des infrastructures urbaines, industrielles et de transport, ainsi que de l’intensification de l’agriculture.

Le fonctionnement, l’extension spatiale et la typologie des sols fortement marqués ou créés par l’activité humaine sont très mal connus. Il convient de combler ces lacunes, si l’on veut maîtriser le devenir et les impacts sur la santé, les écosystèmes et les ressources en eau de ces sols souvent enrichis en substances polluantes. Certains ont d’ores et déjà un impact négatif sur l’environnement, et il est nécessaire de les dépolluer. Une voie pour cela est la phytoremédiation, qui consiste à cultiver des végétaux accumulant les polluants dans leurs parties récoltées ou favorisant leur biodégradation. 

Composition et effectifs
Nombre d'équipes : 
2
Thèmes de recherche

Les recherches du LSE se déclinent en deux thèmes :

  • Pédogenèse des sols fortement anthropisés
    L’objectif est de comprendre le fonctionnement et de modéliser l’évolution future des sols très anthropisés. Les activités sont en particulier axées sur les Technosols qui constituent un groupe nouveau, très mal connu et pourtant potentiellement support de production végétale, à usage alimentaire ou non (maraîchage, agriculture périurbaine, jardinage, végétalisation de sites dégradés par exemple). Les travaux portent d’abord sur l’inventaire et la caractérisation des Technosols indispensables à la compréhension de leur fonctionnement. Leur évolution est ensuite abordée par l’étude et la modélisation des processus pédogénétiques dominants et en particulier de l’agrégation, intégratrice de l’histoire du sol et révélatrice de son fonctionnement actuel.
  • Phytoremédiation des sols contaminés
    L’objectif appliqué est de développer et d’optimiser des cultures de phytoremédiation. Celles-ci visent à extraire les polluants (phytoextraction) ou à favoriser leur dégradation (phytodégradation), grâce à des végétaux spécifiques. Il s’agit donc de mettre au point des outils d’évaluation de la biodisponibilité des polluants, de prévision de leur transfert vers les plantes ainsi que des modèles pour la conception et le pilotage des cultures sur les sols contaminés par des éléments en traces ou des molécules organiques.

Liens bas de page