Numérique

Valoriser sa thèse

Futur cadre de la recherche, publique ou privé, le doctorant ne doit pas se contenter de faire sa recherche, il doit également valoriser ses travaux de recherche en accord avec sa hiérarchie..

Pour cela, les activités les plus courantes consistent dans la diffusion scientifique par la publication d’articles et la participation à des congrès : la plupart des écoles doctorales incitent fortement leurs doctorants à s’y impliquer.

Lorsque les travaux de recherche permettent d’aboutir à des résultats innovants et pouvant déboucher sur des activités économiques, il convient alors d’envisager la protection des travaux.

Si l’élaboration de solutions innovantes rencontre l’esprit d’entreprise, il sera alors possible de se fonder sur ces travaux de recherche pour créer une jeune entreprise innovante.

Quelle que soit la forme retenue, la valorisation des travaux de recherche est un facteur primordial pour le développement d’une carrière de chercheur car cela constitue un important élément d’évaluation pour tout recruteur, mais est également un signe d’ouverture d’esprit vis-à-vis de futurs partenaires. C’est un point qu’il faut avoir à l’esprit dés les débuts de la thèse.

Diffusion scientifique : articles et congrès

Le travail de diffusion scientifique est en général encadré par le directeur de thèse et le laboratoire de recherche.

Chaque discipline dispose de revues qui sont reconnues dans son champ, de règles de publication qui lui sont propres et de manifestations, récurrentes ou ponctuelles, où se retrouvent ses spécialistes.

Les chercheurs considèrent souvent que la valorisation de leurs recherches se fait exclusivement par leurs publications. Il est vrai que c’est sur le nombre de publications/an que les organismes de recherche jugent de la qualité d’un chercheur.

Cependant, une fois publiées, les découvertes du chercheur tombent dans le domaine public : il n’est alors plus possible de les valoriser par un brevet. En revanche, si une demande de dépôt d’un brevet est faite, la publication des résultats dans un journal scientifique est possible dès que le dépôt a été enregistré.

Brevets et protection intellectuelle

Le brevet est un outil juridique qui doit trouver son application dans les domaines économiques et industriels. La volonté actuelle d’augmenter le nombre de brevets dans les universités, ainsi que les transferts de technologie entre laboratoires et entreprises, se traduit par l’essor des services de valorisation au sein des établissements d’enseignement supérieur et de certains organismes de recherche (notamment CNRS, INSERM, INRA, INRIA).

Le dépôt des brevets est décidé et effectué à la demande des chercheurs par leurs organismes de rattachement (organismes de recherche, universités) via leurs services de valorisation après étude d’une déclaration d’invention. Si les nouvelles technologies brevetées conduisent à une exploitation par un tiers, 50% des revenus de licences reviendront aux inventeurs après déduction des frais engagés par les organismes valorisateurs. Les 50% restant seront partagés entre le laboratoire et les organismes de rattachement.

Pour déposer un brevet, il convient de se renseigner auprès du service de valorisation de l’université ou de l’organismes de recherche associé à la thèse, sachant que le choix du valorisateur se portera sur la qualité d’hébergeur des travaux en priorité. Ces services renseignent sur la brevetabilité d’une invention, réalisent les procédures de dépôt, rédigent  les contrats de licences à des tiers et réalise la collecte des redevances auprès de ces derniers. Ces mêmes services seront en capacité d’aider le chercheur par d’autres dépôts de titres (marques), et pourront le conseiller sur les aspects de propriété lié aux droits d’auteurs dont l’enveloppe Soleau peut être un moyen d’apporter la preuve d’une œuvre et à la date à laquelle elle a été créée.

Renseignements : www.inpi.fr et les pages Valorisation et innovation

Textes de loi : www.legifrance.gouv.fr, rechercher « Brevet d’invention ».

Interlocuteur à l’Université de Lorraine : la sous direction de la Valorisation [lien cliquable sur les pages du service]

Enfin, la tenue de cahiers de laboratoires nationaux est aussi un moyen d’antérioriser les découvertes, en cas de litige entre deux laboratoires de recherche.

Création d’entreprises

Vous avez une idée et vous souhaitez savoir si elle a du potentiel pour en développer une entreprise ?.La thèse est un espace de réflexion intéressant autour d’opportunités d’affaires. Les entreprises issues de la recherche sont souvent des entreprises à forte valeur ajoutée et de dimension internationale. Ces projets se font individuellement mais ausis en équipe.

La création d’entreprise est encouragée par les pouvoirs publics. Il existe de nombreux dispositifs nationaux (Conseils et financements : BPi France www.bpifrance.fr/).

A et autour de l’Université de Lorraine, il existe de multiples interlocuteurs susceptibles d’accompagner le développement d’un projet, comme :

- le Pôle de l'Entrepreneuriat Étudiant de Lorraine (PEEL)
- l’incubateur lorrain
- des pépinières d’entreprises
- des centres de transfert de technologie
- des initiatives globales autour de l’innovation : NIT et des PME : Compétences PME

Que vous souhaitiez travailler en indépendant ou que vous rêviez d’être à l’origine d’une grande entreprise, l’Université de Lorraine et son environnement vous offrent des moyens de mûrir votre projet.

 

Les formations proposées par l’Université de Lorraine à ses doctorants abordent ces différentes facettes de la valorisation des travaux de recherche : communication scientifique, publication d’articles en anglais, valorisation et propriété intellectuelle, entrepreneuriat, DocLor.

Liens bas de page