Numérique

À l'issue de la thèse

La recherche d’un emploi, pour un docteur

L’insertion professionnelle des diplômés de doctorat présente une caractéristique : l’existence de situation d’après thèse, transitoires mais qui permettent, plus souvent que pour d’autres diplômes, de disposer d’une passerelle supplémentaire vers des emplois stables : il s’agit d’une part des supports d’ATER, d’autre part des « post-docs ».
Ces derniers sont des emplois à durée déterminée, dans le domaine de la recherche, publique ou privée, en France comme à l’étranger. Il n’existe pas de statut du « post-doc » : le plus souvent sa nature est proche de celle d’un emploi d’ingénieur de recherche. Le post-doc comporte une dimension subjective : il est vécu par le docteur comme une acquisition d’expérience supplémentaire avant un accès à un poste dans l’enseignement supérieur et la recherche publics.
Ouverts par nature à de jeunes docteurs, les post-docs offrent des rémunérations en rapport avec le niveau de diplôme du jeune diplômé.
Le post-doc étant une situation de transition, même s’il dure parfois plusieurs années, il convient de préparer aussi tôt que possible le passage à un autre emploi.

Les débouchés dans l’enseignement supérieur et la recherche publics ne se limitent pas aux emplois de maître conférences ou de chargé de recherche : de plus en plus, les universités et les établissements de recherche recrutent des cadres de haut niveau sur des postes d’ingénieurs de recherche, y compris contractuels, pour lesquels le niveau doctorat est requis.

Par ailleurs, il existe également des débouchés dans l’ensemble des EPST (CNRS, INRA, INSERM, INRIA) et dans des organismes comme les EPIC (établissement public industriel et commercial) : ADEME, ANDRA, CEA, INERIS…

Si le doctorat est indispensable pour accéder à certains emplois publics qui en constituent les débouchés traditionnels, il n’est pas reconnu en France par les entreprises comme un niveau particulier, ou supérieur aux diplômes de niveau master : le doctorat n’est pas inscrit comme un niveau de recrutement spécifique dans les conventions collectives et, sur le marché de l’emploi, les jeunes docteurs affrontent le plus souvent la concurrence des jeunes ingénieurs ou diplômés de master.
Cependant, dans certains cas, le jeune docteurs dispose d’arguments supplémentaires à présenter à un recruteur éventuel : des dispositions de 2008 permettent aux PME-PMI innovantes de prendre en charge les frais de rémunération des jeunes docteurs dans des conditions fiscales très intéressantes. Consultez les conditions.

L’emploi dans le secteur privé est aujourd’hui un débouché normal du doctorat, comme salarié mais aussi comme indépendant.

A l’étranger, le doctorat- y compris le doctorat français- est considéré comme le plus haut niveau universitaire et ouvre l’accès à de nombreux débouchés, y compris comme chef d’entreprise. Avec la mondialisation, cette référence mondiale a pour conséquence qu’aujourd’hui les responsables de formations d’ingénieurs françaises encouragent une partie de leurs diplômés à poursuivre en doctorat.

Des informations concernant le placement des docteurs lorrains sont à disposition dans le cadre des enquêtes sur le suivi des docteurs de différentes écoles doctorales lorraines.

Les techniques de recherche d'emploi

Consultez l'espace dédié à ces techniques sur le site Platine d'aide à la recherche d'emploi.

Vous pouvez également consulter les offres d'emplois mises en ligne spécifiquement pour les docteurs : 

 

 

Liens bas de page